Category Archives: éducation

Visites du rucher en août

ruchers_3Les 6, 10 et 13 août prochains, nous organisons une activité apicole en partenariat avec le Cœur des sciences de l’UQÀM. Après une présentation durant laquelle nous parlerons de pollinisation, de biodiversité, de la vie de la colonie et de bien d’autres choses encore, vous pourrez voir le rucher lui-même et déguster du miel urbain.

Ce sera pour nous un moment important de la saison, car tout le travail que nous avons effectué jusqu’ici a entre autres pour but d’être capable de mettre sur pied des activités de découverte et de sensibilisation pour le grand public. Ce genre d’événement est central dans la mission d’un rucher urbain et c’est donc avec enthousiasme que nous nous y préparons.

Les inscription sont ouvertes (cliquez ici). Au plaisir de vous y voir!

La fièvre de l’essaimage

Être apiculteur.trice urbain.e, c’est travailler avec les abeilles, mais c’est aussi faire de l’éducation et de la sensibilisation auprès des autres citadins. Nous mettons d’ailleurs l’accent sur cette dimension de notre activité au rucher collectif du Crapaud.

Alexandre Beaudoin, cofondateur de Miel Montréal, le fait aussi et sur toutes les tribunes, notamment mardi dernier à Montréal par la racine (CIBL 101,5fm). Il parle justement de la question de l’essaimage en ville, problématique qui a donné lieu à un billet assez épique sur ce blogue le 19 juin dernier.

Pour écouter sa chronique, cliquez ici et rendez-vous à 23min 30!

 

Cellule royale

Pour éviter l’essaimage, nous devons retirer toutes les cellules royales que nous trouvons sur les cadres. Mais comment fait-on pour les reconnaître? Eh bien elles ressemblent à de petites «peanuts» qui pendent en bas des cadres.

 

En bas à droite du cadre, on peut voir une cellule royale.

En bas à droite, on peut voir une cellule royale qui pend du cadre.

 

Continue reading

mathématiques apicoles

Malheur : nous n’avons plus que 3 ruches! Ortie, la ruche qui donnait des signes de faiblesse depuis sa sortie de l’hiver (voir article ici), n’a finalement pas survécu.

Comme nous sommes en mesure de bien nous occuper de 5 ou 6 ruches et que nous souhaitons pouvoir offrir une vitrine éducative intéressante, nous serions tous et toutes partants.es pour installer immédiatement une ou deux nouvelles ruches. Mais, d’une part, il n’y a plus de nucléi (les «boutures» de ruches) disponibles au Québec en ce moment. Or, il n’est pas question pour nous d’acheter des nucléi ou des reines venus de l’étranger, sauf cas de force majeure. D’autre part, comme nos ruches ne sont pas si fortes que cela, nous ne pourrons créer nous-mêmes des nucléi par division de nos propres ruches que plus tard dans la saison. Bref, il faudra attendre.

Continue reading